Un élan de solidarité remarquable

salon-coiffureDans un monde ou le « chacun pour soi » est de plus en plus présent, il arrive parfois que l’écoute, la compréhension et la générosité collective permettent à ceux qui sont dans la détresse de relever la tête…

Dans la nuit du 24 au 25 avril dernier, un incendie accidentel détruisait entièrement le salon « Ambiance Coiffure » de Magalie Ménard-Nivault au cœur même du bourg de Chiché. Le feu a été d’une telle intensité qu’il n’est rien resté du local professionnel, des réserves, des locaux situés aux étages supérieurs et de la toiture. Un drame qui laisse la propriétaire avec un outil de travail entièrement détruit du jour au lendemain, l’obligeant à mettre une partie de ses salariés en chômage technique.


Une solidarité collective des premiers instants

Toutefois, dans les premiers jours qui ont suivi le sinistre, un formidable élan de solidarité s’est organisé spontanément et de manière collective. D’abord une mobilisation de la Fédération départementale de la coiffure qui, à l’instar de son président, a donné gracieusement le matériel et le mobilier professionnel de base pour pouvoir recommencer à travailler. Même élan de générosité de la part de la CMA qui a prêté du matériel et du mobilier et a confié au service des affaires économiques le soin de constituer un dossier calamités auprès de l’Assemblée permanente des chambres de métiers. Solidarité, enfin, de la municipalité et des habitants de Chiché pour trouver un local provisoire en attendant la reconstruction du salon de coiffure.


Trouver la force de rebondir

mme-menard«Quand j’ai été réveillée en pleine nuit par les personnes venues m’annoncer que mon salon était en flammes et que j’ai vu l’ampleur du sinistre, je me suis trouvée d’un coup anéantie. Le feu était en train de m’arracher tout ce que j’avais construit en 15 ans. Repartir ou non ? Avoir la force et le courage de rebondir ? Ce sont les questions  que je me suis posées à priori. Mais je me suis sentie de suite épaulée par la personne à qui j’ai succédé à Amailloux ainsi que par mes salariés et l’élan de générosité collective dont j’ai eu la chance de bénéficier m’a redonné confiance. Je leur en suis infiniment reconnaissante et pour cela, je n’avais pas le droit de baisser les bras. Aujourd’hui, ce sont les artisans de Chiché et des alentours qui font tout pour remettre mon salon en état afin qu’il puisse être opérationnel début décembre».

Magalie Ménard- Nivault

FSE-NA

© Chambre de métiers et de l'artisanat des Deux-Sèvres 2018