Regards croisés sur l'artisanat

barometre-artisanatEn juillet dernier, le Fonds national de promotion & de communication de l’artisanat (FNPCA) a fait réaliser une enquête TNS Sofres qui permet de connaître le regard porté par le grand public sur l’Artisanat dans le contexte économique actuel, au travers des campagnes de communication, en matière d’emploi et de perspectives d’avenir.

Voici ce que révèle l’étude menée auprès de 1152 personnes (dont 150 jeunes de 15 à 24 ans et 201 artisans).






Pour les Français, l’Artisanat reste un secteur clef dans la sphère économique et sociale. Malgré un contexte économique qui se détériore (82%), le secteur reste très impliqué dans la formation et l’emploi des jeunes (84 et 81%), même si les jeunes ont un avis plus nuancé à ce sujet (71 et 68%).
Son rôle dans le développement économique et social est bien perçu (92% des personnes interrogées estiment que l’Artisanat est une des clés de l’économie régionale et locale) et le secteur bénéficie d’une bonne image au global, même si les artisans se montrent plus critiques (88% du grand public déclare qu’être artisan est une situation valorisante contre 73% chez les artisans interrogés).
L’artisanat apparaît avant tout comme un secteur traditionnel, créateur d’emploi et innovant. Il est largement valorisé, même s’il ne donne pas forcément le sentiment d’être adapté aux contraintes économiques actuelles.

Mais son avenir est potentiellement menacé.
Si l’artisanat évolue a priori dans le bon sens, cet optimisme décroît nettement par rapport à 2009 (66% vs 78%) et l’avenir du secteur est jugé de plus en plus incertain notamment par les artisans eux-mêmes (69%).
Cette menace touche davantage les domaines de l’alimentation et de la fabrication (66 et 64% contre 42 et 41% pour les services et le bâtiment).
Les artisans jouissent d’une très bonne image de marque (95% des personnes interrogées ont une bonne opinion des artisans), même si leur situation économique et sociale est perçue comme difficile. Cette appréciation est valable auprès de toutes les catégories de population, voire progresse auprès des jeunes et touche les différents secteurs de l’artisanat.
Les artisans sont considérés avant tout comme travailleurs (98%), compétents (93%) et dépositaires d’un savoir-faire (95%).

Une satisfaction élevée à l’égard des artisans et des attentes qui portent en priorité sur la qualité du travail.
La qualité relationnelle est plébiscitée (92%) mais les délais et les prix qu’ils pratiquent font défaut (69% des personnes interrogées estiment que les artisans ont du mal à respecter les délais et 64% qu’ils pratiquent des prix trop élevés). Des attentes également qui portent avant tout sur la qualité du service, du conseil ou du produit. Ils apparaissent majoritairement comme des gens ni aisés, ni défavorisés et qui ont plutôt du mal à gagner leur vie et à bien rémunérer leurs salariés.

L’artisanat exerce un attrait élevé et le besoin d’information sur les métiers et les formations est identifié. Plus d’un tiers des jeunes souhaiteraient avoir davantage d’informations sur les filières de formation.
75% des Français se disent prêts à conseiller le métier d’artisan pour leurs enfants ou pour leurs proches et 47% des jeunes se disent prêts à travailler dans ce secteur.
Les principales motivations des jeunes pour travailler dans ce secteur sont la liberté, l’autonomie et la capacité à créer leur entreprise.

Un vrai besoin d’information. Si 63% des jeunes estiment être bien informés sur les métiers et les filières de formation, ils sont toutefois 35% à manifester le souhait de disposer de plus d’information. De même l’apprentissage est pour l’opinion une véritable opportunité pour accéder à la vie active (74%).

Enfin, pour les artisans, les relations humaines et l’intérêt du travail apparaissent comme les dimensions les plus positives, les conditions de travail constituant l’aspect le plus négatif, la rémunération, les tâches administratives et la pression fiscale étant les principaux freins à leur activité.

FSE-NA

© Chambre de métiers et de l'artisanat des Deux-Sèvres 2018